Comment les hormones aident-elles notre corps?

Par: Jean-Marc Fournier | 2020-02-24

 how do hormones help our body?


Des ondes invisibles à l’œil humain qui remplissent l’espace aérien mondial de messages d’information sur le transport aérien et de blocs d’information qui contrôlent la conscience collective et individuelle. L’environnement interne du corps dispose également d’un “système de communication” très développé. La gestion des processus physiologiques de l’organisme et la correction de leur travail est la tâche de ce système.

Facteur d’adaptation

Les composés chimiques transparents et incolores – hormones, substances biologiquement actives – ont un impact énorme sur les systèmes nerveux et immunitaire, qui assurent l’adaptation et le développement du corps humain. Même une petite quantité d’hormone peut changer la direction du mouvement (développement) d’un individu, modifier radicalement la psyché et la sphère émotionnelle.

Power sources

Il y a trois sources d’hormones dans le corps humain:




– Les glandes sécrétrices internes (glandes surrénales, pancréas, glandes sexuelles): la synthèse des hormones est leur fonction principale.


– Organes internes (estomac, foie, intestin grêle): la sécrétion d’hormones est une fonction non spécifique de ces formations.


– Système hormonal diffus: des zones individuelles ou des cellules situées dans tout le corps sont capables de synthétiser des hormones.




Il existe des hypothèses et des études médicales qui prouvent que le corps entier (y compris la peau et les sens) est capable de synthétiser des substances biologiquement actives.

Le processus s’est poursuivi

Une fois dans la circulation sanguine commune, les hormones se répandent instantanément dans tout le corps. Cependant, en raison de leur propre sélectivité et de la sensibilité élevée des membranes cellulaires, ils atteignent invariablement leur destination finale (organe ou tissu cible). En plus des centres supérieurs (cerveau), la synthèse hormonale est régulée par le mécanisme de rétroaction négative, qui peut activer ou ralentir la sécrétion, selon le niveau de concentration hormonale dans le système circulatoire.



Hormones formatrices

L’intensité des processus métaboliques est le principal facteur déterminant les paramètres (volume, poids) de notre corps. Un indicateur important de la santé du corps est le rapport entre la couche de graisse et la masse musculaire, qui affecte le tonus général de notre corps.




Testostérone: considérée comme une hormone “mâle”, mais produite en petite quantité dans le corps féminin également; favorise la transformation du tissu graisseux en tissu musculaire et stimule la croissance du tissu musculaire, augmente la force des muscles osseux.


Hormone de croissance (somatotropine): renforce et stabilise l’os et le système articulaire du corps, “brûle” la graisse viscérale (interne); un effet secondaire positif de l’hormone de croissance est l’amélioration de la peau (restauration de l’élasticité (turgescence, disparition des rides mimiques) et de la pousse des cheveux sur la tête (améliore la pigmentation et la structure des cheveux).


Œstrogène: améliore le métabolisme des lipides (graisses).


Thyroxine: activation de tous les processus d’échange


Insuline: participe au métabolisme des acides gras et au développement des cellules musculaires.




Ce groupe d’hormones a un caractère “âge”, c’est-à-dire que les volumes nécessaires d’hormones sont synthétisés en âge de reproduction (19-69 ans). Plus tard, la production d’hormones diminue considérablement, ce qui détermine en grande partie le vieillissement et les processus de vieillissement du corps. Dans les cas critiques, prescrire même des médicaments contenant des hormones de ce groupe.



Hormone d’autosauvetage

Au cours des dernières décennies, le nombre de situations extrêmes et stressantes par habitant a été multiplié par plusieurs. La demande en d’adrénaline, qui est capable de mobiliser les réserves et les ressources de l’organisme pour combattre l’irritant adverse, a augmenté proportionnellement à la charge de stress. L’action de l’adrénaline:


– Intensification de l’activité cardiovasculaire (accélération du rythme cardiaque, augmentation de la tension artérielle).


– Fréquence respiratoire accélérée.


– Dilatation partielle des vaisseaux sanguins et augmentation de l’apport sanguin aux organes fonctionnels et aux muscles squelettiques.



Good mood hormones

La nature sage s’est assurée que les états négatifs et les émotions qui se sont accumulés pendant une journée de travail chargée libèrent notre espace intérieur dans le temps. Ceci est pris en charge par les endorphines . Ils réduisent également la douleur et la faim.



Conscience et hormones

Est-il possible d’influencer consciemment la synthèse des hormones? Dans une certaine mesure, bien sûr. A cet égard, des formations régulières et intensives (15 à 30 minutes) apporteront une aide efficace. L’activité physique, y compris des groupes musculaires spécifiques, augmente la sensibilité et la susceptibilité des cellules et des organes aux hormones. La quantité d’hormones que le corps absorbe et élimine du flux sanguin total augmente.




Et, selon le principe de la rétroaction négative, la synthèse des hormones s’intensifie. Il faut tenir compte du fait que le plus grand bénéfice de l’activité physique sera obtenu pendant les heures où l’activité des hormones individuelles est la plus élevée. Par exemple, la testostérone est plus active le matin et l’insuline est plus active de 9 h à 23 h.






Source de la photo: Dépôts photos

Si vous avez trouvé une erreur dans la traduction du texte (genre masculin ou féminin), veuillez nous en aviser en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl+Enter.

Suivant: Construisez une carrière sans oublier de vous reposer: comment les bonnes vacances peuvent vous aider à réussir
Précédent: Secrets masculins: quelque chose choisieune femme ne saura jamais, même si elle devrait savoir

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Rapport de faute

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs en chef: